Qu’en est-il du sida en Afrique ?

Le sida (syndrome d’immunodéficience acquise) est une maladie virale qui a beaucoup fait parler d’elle au cours des deux dernières décennies du XXe siècle. Alors considéré comme la maladie la plus mortelle et redoutée, le sida a à juste titre semé tant de panique et de frayeur sur tous les continents. Bien qu’on en parle de moins en moins aujourd’hui, le VIH continue toujours de faire des victimes de par le monde. Qu’en est-il donc de cette maladie en Afrique ? Ce bulletin fait le point sur la question.

Le sida, qu’est-ce que c’est ?

Le syndrome d’immunodéficience acquise ou sida (sous sa forme courte) est une maladie virale qui fait partie des MST les plus connues partout dans le monde. Généralement, on dit que le VIH fut découvert en 1983, mais en réalité les premiers cas officiellement connus de VIH remontent en 1908. Il faut donc dire que les chercheurs de l’Institut Pasteur à qui l’on attribue maladroitement le mérite de la découverte du virus ont en réalité attribué un nom à un virus jusque-là non nommé.

Il s’agit d’un virus dangereux et mortel du fait de l’inexistence jusqu’à ce jour de traitement curatif adéquat. Principalement transmis par voie sexuelle ou sanguine, ce virus une fois présent dans l’organisme envahit les lymphocytes T CD4 ainsi que les cellules immunitaires de l’organisme et les phagocytes. Ainsi, il détruit le système d’autodéfense de l’organisme, et condamne le porteur à une fin imminente. Malgré tous les efforts consentis pour contenir la maladie et ralentir sa propagation, elle continue de sévir dans certaines régions d’Afrique, et en l’occurrence dans les couches les plus actives.

Lisez aussi cet article :   Qui est le président d’Afrique du Sud ?

Où et quand le sida est-il apparu en Afrique ?

Si l’on admet l’expression de « virus chinois » par laquelle on désigne parfois la covid-19, on pourrait se permettre de désigner par similitude le sida par le « virus africain ». Les premiers cas de contamination au VIH ayant fait l’objet d’une étude clinique régulière furent découverts en 1981 sur le continent africain, précisément au Congo belge (actuelle République Démocratique du Congo).

Cependant, le point de départ de la maladie est situé au Cameroun, et elle aurait été transmise à l’homme par une race spécifique de chimpanzé que l’on retrouve dans le sud du pays entre 1915 et 1941. Ce n’est donc qu’au début des années 80 que l’épicentre de la maladie migra avec le déplacement de la population vers le Zaïre et prit une ampleur considérable.

Quels sont les facteurs qui ont favorisé la propagation du VIH en Afrique ?

Les causes de la propagation du sida en Afrique sont intimement liées aux facteurs socio-économiques qui déterminent les conditions de vie de la population. En effet, nous avons dit que le sida se transmet principalement par voie sexuelle et sanguine. De ce fait, son expansion sur le continent africain est intimement liée à la croissance démographique observée dans les nouvelles villes naissantes, avec pour corollaires l’accroissement des vices les plus élémentaires.

En d’autres termes, la prostitution, la paupérisation, l’urbanisation et les déplacements intensifs et intempestifs de la population sont entre autres facteurs qui ont fait le lit à la propagation du virus d dans les sociétés africaines. Et ce n’est pas tout, on peut ajouter à ces facteurs beaucoup d’autres tels que les facteurs politiques et structurels relevant de l’organisation politique et sociale des nouveaux États du continent. Sans oublier le manque d’infrastructures médico-sociales qui augmente les risques et accélère le rythme de contamination.

Lisez aussi cet article :   Formation eje en 1 an : Tout savoir

Quelles sont les couches sociales les plus touchées par le VIH en Afrique ?

Les études menées dans plusieurs pays africains révèlent que le risque d’exposition au sida tout comme le taux de prévalence n’est pas le même dans tous les pays et dans toutes les couches sociales. Plus précisément, les personnes les plus exposées au virus du sida en Afrique sont avant tout les gays, les bisexuels et les transgenres. En plus de ceux-ci, les femmes, les filles, les adolescents et les personnes exerçant certaines professions telles que les transporteurs, les négociantes et les péripatéticiennes ont un fort taux de prévalence au virus.

Le sida aujourd’hui en Afrique, faut-il encore espérer ?

Si le sida continue d’être aujourd’hui encore un défi, c’est en l’occurrence du fait de l’accès au traitement des malades qui pour la plupart ignorent leur état sérologique. En effet, de la sensibilisation au traitement en passant par la prévention et le dépistage, des efforts remarquables sont faits partout sur le continent pour endiguer la maladie.

D’ailleurs, une étude récente affirme qu’en 2021, 75 % des Africains malades du sida sont sous traitement antirétroviral. Ce qui est un coup de grâce et donne des raisons d’espérer et de croire en l’atteinte de l’objectif des « trois 95 » fixé par ONUSIDA pour l’horizon 2030.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.