Quelles sont les aides pour les jeunes sans emploi qui n’ont jamais travaillé ?

Les allocations de chômage sont des aides financées par l’État pour accompagner le retour à l’emploi des personnes involontairement au chômage. En France, la majeure partie des assurances chômage vise en général les personnes ayant déjà eu un emploi et se retrouvant au chômage accidentellement ou en vacances non payées. Toutefois, il existe aussi des aides destinées à soutenir les jeunes gens n’ayant encore jamais eu un emploi. Si vous êtes dans le cas, vous trouverez ici quelles sont les aides dont vous pouvez bénéficier sur le territoire français.

Le revenu de solidarité active (RSA)

Le RSA (Revenu de Solidarité Active) est une allocation qui est en général destinée au salarié d’une certaine catégorie. Prioritairement, les personnes bénéficiaires de ce régime sont les travailleurs dont le revenu est en dessous de 500 euros par mois, ceux en chômage temporaire ou en cessation temporaire d’activité, etc. Il faut donc noter que le revenu de solidarité active n’est pas a priori destiné aux personnes n’ayant jamais travaillé.

Cependant, ce régime dispose d’une dérogation particulière qui permet au chômeur n’ayant jamais travaillé d’en bénéficier également. Dans un premier lieu, cette dérogation concerne les couples de jeunes parents, les femmes enceintes et les parents isolés. En plus de ladite dérogation, ce régime d’aide aux chômeurs prévoit une sorte de garantie grâce à laquelle elle peut prendre en compte les jeunes n’ayant jamais travaillé.

Lisez aussi cet article :   FDJ bourse : avis et comment investir ?

Avec la « Garantie Jeunes », le RSA est accordé sur simple demande à toutes les personnes remplissant les conditions ci-après :

  • Avoir un âge compris en 16 et 25 ans ;
  • Avoir fini ou abandonné les études (les étudiants bénéficieront d’une aide aux études) ;
  • Avoir quitté la maison parentale ;
  • Ne pas être salarié et ne pas avoir déjà travaillé auparavant.

Quel est le montant du RSA « Garantie Jeunes » ?

Lorsque vous êtes éligible à la « Garantie Jeunes » après l’étude de votre dossier, le montant de votre allocation est viré à titre déchu, c’est-à-dire au mois m + 1. Il faut noter que la valeur de la garantie varie entre 559 et 1624 selon le statut du demandeur.

Cette somme est non imposable et dégressive, c’est-à-dire qu’elle baisse au fur et à mesure que le revenu du bénéficiaire croît. Par ailleurs, les bénéficiaires ayant trouvé un emploi stable, ou dont les revenus mensuels ont atteint 80 % du SMIC perdent tacitement leur éligibilité.

Le Fonds d’Aide aux Jeunes (FAJ)

Le Fonds d’Aide aux Jeunes est une allocation ponctuelle qui vise à offrir aux jeunes en situation difficile un accompagnement spécifique. C’est un dispositif qui prévoit des aides financières aux jeunes chômeurs n’ayant jamais travaillé. Cette aide vise notamment deux objectifs : d’une part, elle permet aux bénéficiaires de planifier leur insertion sociale et professionnelle, et d’autre part aide à faire face à certains besoins existentiels incompressibles.

Par ailleurs, ce FAJ est l’ultime recours en matière d’aide aux personnes n’ayant jamais travaillé. Le recours au fonds n’est possible que dans le cas où le demandeur est exclu de tous les autres régimes d’aide disponible. Autrement dit, est éligible au FAJ celui qui est non éligible à toutes les autres aides. Pour en bénéficier, le demandeur doit être âgé d’au moins 18 ans et de 25 ans au plus. Sans oublier qu’à condition d’être déjà inscrits dans un dispositif, une dérogation particulière est accordée aux adolescents âgés de 16 ans. Si toutes les conditions d’éligibilité sont réunies, le demandeur formule une demande financière à son référent et attend le retour après l’étude de sa demande.

Lisez aussi cet article :   Quelles sont les actions pas chères à fort potentiel 2023 ?

L’allocation de retour à l’emploi (ARE)

Comme sa désignation l’indique déjà assez expressément, l’allocation de retour à l’emploi est une assurance chômage à l’intention des travailleurs ayant déjà souscrit, et se retrouvant involontairement privées d’emploi. Cependant, sous certaines conditions, il est bien possible de bénéficier de ladite allocation même si l’on n’avait jamais travaillé auparavant.

Pour être éligible à l’ARE sous ce registre, la condition est d’être physiquement apte à travailler, et d’être inscrit au fichier des chômeurs recherchant activement un travail. De même, avoir une action de formation inscrite dans le Projet Personnel d’Accès à l’Emploi (PPAE) et financé en tout ou en partie par le Compte Personnel de Formation (CPF) du demandeur est un atout pour bénéficier de l’ARE sans n’avoir jamais travaillé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.