Drap  

Bienvenue sur votre Site web Congo Autrement......... Site exclusivement dédié à la République démocratique du Congo (RDC)....... Site de référence en matière d'information Artistique / Culturelle / Économique / Scientifique / Sociale / Sportive / Technologique / Touristique et activités de Loisirs dont l'objectif premier est d'encourager et de promouvoir le tourisme en tant que moteur de la croissance au service du développement économique et humain en RDC, aussi pour valoriser une nation dont l’image a souvent été ternie.   Congo Autrement vous aide à chercher des informations pratiques pour organiser votre voyage et votre séjour au Congo-Kinshasa....... Congo Autrement se veut totalement apolitique, indépendant, impartial, et sans étiquette, ouvert à toutes les sensibilités socioculturelles qui composent la République démocratique du Congo...... Congo Autrement, une communication intelligente avec un message positif d'espoir, de fierté et de progrès enregistrés au Congo (sans occulter les difficultés) des uns et des autres, dans différents domaines. Trop souvent en effet, les médias, publics ou privés, s’intéressent à ce qui ne va pas, aux trains qui n’arrivent pas à l’heure ou qui déraillent plus qu’à ceux qui fonctionnent sans encombre. *** TOURISME........ Promotion du Tourisme vert : Conservation de l’environnement ; Création des sites de loisirs, parcs d’attraction ; Transports touristiques (aérien, routier, fluvial et lacustre) Création des sites d’hébergement : création d’hôtels et infrastructures d’accueil et d’animation touristiques dans la perspective de la décentralisation, les nouvelles provinces auront besoin de créer des hôtels de haut standing ;   Création des services des agences et bureaux de tourisme. *** VOYAGE.....Informations sur l'arrivée et le départ pour tous les vols nationaux et internationaux.   Information des vols aéroports grâce au Suivi des vols (Arrivées / Départs) en temps réel.......   Informations Assurance voyage Congo (RDC) ***    ÉCONOMIE : Info sur l'économie nationale et internationale en matière de politique monétaire et de change; rapports annuels, trimestriels et sectoriels.    Bulletin d’information sur les prix des produits alimentaires de base. *** INFORMATION INVESTISSEURS (Anapi) Comment créer une entreprise en RD Congo ? Procédure générale de création d'une entreprise   Procédure unique à l’importation   Fourniture d’informations économiques et diverses ;   Organisation de séjours : facilitation ; Recherche des partenaires locaux et étrangers ; Accompagnement pour la création des sociétés;    Information sur les appels d’offres lancés par l’Etat.    Indice global d'activités...... Taux de croissance trimestriel, annuel ***    STATISTIQUE : Finances publique   Secteur extérieur   Indicateurs économiques   Activités économiques    Monnaie et crédit.... Evolution économique récente   Secteur réel *** BAROMÈTRE DE CONJONCTURE DE L'ECONOMIE CONGOLAISE : Industries manufacturières; Hôtellerie et restauration ;   Elevage Pêche ; Agriculture ; Agro-industrie...... Diverses cultures agricoles en RDC...... Avec ses 80 millions d’hectares de terres arables, la R.D Congo développe plusieurs cultures, à savoir : cultures vivrières , maraîchères et pérennes ou de rentes...... CULTURES VIVRIÈRES : Manioc, Maïs, Riz, Arachide, Bananes Plantains, Pomme de terre, Igname, Blé, Sorgho, Haricot, Soja, Niébé, Taro, Patate douce, etc..... CULTURES MARAÎCHÈRES : Oignon, Tomate, légumes, etc… CULTURES PÉRENNES OU DE RENTES : Fibres, Hévéa, Millet, Palmier à huile, Quinquina, Cacaoyer, Tabac, Coton, Pyrèthre, Thé, Canne à sucre, Papaïne, Sésame, Urena, Voandzou, Jatropha, etc… ***    RECHERCHE ET STATISTIQUES : Statistiques bancaires, monétaires, du crédit, des prix, des salaires, de la production, de l'emploi, du commerce extérieur, de la balance des paiements, des finances publiques, des comptes nationaux et des indicateurs socio-démographiques;    Cours de change : Cours de change du jour..... Transaction sur le marché de change.... Indicateur macro économique.... Taux Directeur, Evolution du taux directeur;   Statistiques sur le taux d'intérêt: Taux d'intérêt interbancaire journalier...... Micro-finances et Coopératives (Kinshasa et provinces) ***   INDICATEURS DES STATISTIQUES MONÉTAIRES : Indice des Prix à la Consommation : Indice hebdomadaire des prix de détail de Kinshasa et des Provinces..... Secteur finances, Appel d'offre Adjudication Bilatérales de Devises, Taux d'inflations Agrégés : Hebdomadaire, Hebdo Cumulé, Cumulé de l'année, Glissement annuel

 

Afrique : Qui sont les bantous ?

69 16

Bantu définition : Ensemble de peuples parlant quelques quatre cents langues apparentées dites bantus, présents en Afrique, du Gabon aux Comores d’ouest en est et de la République Centrafricaine à l’Afrique du Sud du nord au sud.

 

Les Bantu: Langues, peuples, civilisations 

 

 

Le 21/03/2017

 

Combien de fois n’a-t-on pas entendu : les bantus sont comme ceci, les bantus sont comme cela ? Pour beaucoup, ce terme évoque grosso modo les populations établies dans le sud du continent africain. Ce n’est pas totalement inexact, sauf que le vocable bantu ne désigne pas des peuples ou des ethnies – mot, hélas ! qu’on continue à utiliser quand il s’agit de l’Afrique -, mais un groupe de langues négro-africaines parlées dans le centre et le sud du continent à partir d’une ligne allant de Douala, au Cameroun, à Mombasa, au Kenya. 
Le terme a été inventé en 1862 par le philologue allemand Wilhem Bleek pour caractériser les langues dans lesquelles « hommes » se dit bantu (préfixe pluriel ba, radical ntu), le singulier étant muntu. L’homogénéité de ces langues a été démontrée en 1907 par un autre linguiste allemand, Carl Meinhof. Exemple, le mot « enfant » se dit omwana en mpongwe (Gabon) ; mwana en mbochi (Congo) ; mwana en bobangi (Centrafrique) ; umwana en kinyarwanda (Rwanda) ; mwana en bemba (Zambie) ; mwana en tchokwe (Angola).
Selon la classification établie en 1963 par l’Américain Joseph Greenberg, les langues bantoues forment une subdivision de la famille nigéro-kordofanienne, dans laquelle on trouve la plupart des langues de l’Afrique noire, à l’exception notable des langues nilotiques (dinka, masaï, nuer…) et des langues khoisanes (dites aussi à clics) parlées par les Bochimans et les Hottentots d’Afrique australe.
On situe le foyer originel des peuples « bantouphones » dans la région du lac Tchad, au nord du Cameroun actuel, d’où ils auraient essaimé à travers l’Afrique centrale à la veille de l’ère chrétienne. Longeant la lisière nord de la grande forêt équatoriale, ils l’auraient contournée par les plateaux des Grands Lacs pour poursuivre leur extension vers le sud. Les groupes les plus méridionaux, les Xhosas et les Zoulous à l’Est, les Hereros à l’Ouest, n’ont atteint leur zone d’habitat actuel qu’aux XVe et XVIe siècles. 
Le nombre des langues bantus est de 350 à 400 suivant que l’on considère certains parlers comme des langues ou des dialectes. Pour les linguistes, par exemple, le kirundi et le kinyarwanda, les langues nationales respectives du Burundi et du Rwanda, ne sont rien d’autre que des dialectes d’une même langue. De même qu’au Gabon le mpongwe, le galwa, l’enenga, le nkomi et l’ajumba appartiennent à une même langue, le myéné. 
L’intercompréhension prévaut entre ces langues lorsque leurs locuteurs sont géographiquement voisins. Mais des habitants du Kongo central et des Sud-Africains ne peuvent pas se comprendre. 
Le terme bantou a connu un tel succès qu’il en est venu à désigner tout ce qui se rapporte aux locuteurs des langues bantoues. Une évolution renforcée par la création, en 1983, du Centre international des civilisations bantu (Ciciba), à Libreville.

On nomme Bantous (ce qui signifie les « Humains » dans la langue kongo) un ensemble de peuples parlant quelques quatre cents langues apparentées dites bantous. En Afrique, Ils sont présents d’ouest en est du Gabon aux Comores et du nord au sud du Soudan à la Namibie. Ces ethnies très variées couvrent toute la partie australe de l’Afrique, où seuls les Bochimans et les Hottentots ont des langues d’origines différentes.

Les Bantous viennent probablement du Cameroun et du sud-est du Nigeria. Vers – 2 000, ils commencent à étendre leur territoire dans la forêt équatoriale d’Afrique centrale. Plus tard, vers l’an 1000, eut lieu une deuxième phase d’expansion plus rapide vers l’Est. Les Bantous se mêlèrent alors aux groupes autochtones et constituèrent de nouvelles sociétés.

 

La classification des langues bantoues

Zone A (Nigeria, Cameroun, Guinée équatoriale, Gabon): environ 50 à 70 langues, dont le fanf, l'éwondo et le douala; 
Zone B (Gabon, Cameroun) :  environ 50 langues, dont le téké et le nzébi;  
Zone C (République centrafricaine, Cameroun) : environ 70-80 langues, dont le tététa, le lingala et le mongo-nkundo; 
Zone D (Congo-Kinshasa, Burundi, Rwanda) : environ 30-40 langues, dont le lega et le bembé; 
Zone E (Ouganda, Kenya) : moins de 20 langues, dont le kikouyou et le kamba; 
Zone F (Tanzanie) : environ 10 langues, dont le sukuma et le nyamwezi; 
Zone G (Tanzanie) : environ 20-30 langues, dont le swahili, le gogo et le comorien; 
Zone H (Angola, Congo-Brazzaville, Congo-Kinshasa, Gabon) : environ 10 langues, dont le kikongo; 
Zone J (Ouganda) : environ 60 langues, dont le kinyarwanda, le kirundi, le luhiya et le nkore-kiga; 
Zone K (Angola, Congo-Kinshasa, Zambie) : moins de 30 langues, dont le ciokwé et le lozi; 
Zone L (Congo-Kinshasa, Zambie) : environ 20 langues, dont le luba;  
Zone M (Zambie, Congo-Kinshasa) : environ 30 langues, dont le bemba et le tonga;
Zone N (Malawi) : environ 10-20 langues, dont le nyanja (chichewa); 
Zone P (Tanzanie, Mozambique) : environ 10-20 langues, dont le makhuwa (makoua);
Zone R (Angola, Namibie) : moins de 10 langues, dont le mbundu, le wambo, le herero; 
Zone S (Zimbabwe, Botswana, Afrique du Sud, Mozambioque, Lesotho, Swaziland): environ 20-30 langues, dont le zoulou, le xhosa, le shona et le tswana.

En fait, il est aussi généralement admis de tenir compte de deux grands sous-groupes bantous:

1) le groupe bénué-congolais occidental ;
2) le groupe bénué-congolais oriental. 

 

 

 

1. Qui sont les premiers occupants de l'Afrique centrale, particulièrement du Congo ?

D'après les historiens africanistes, les premiers occupants de l'Afrique centrale, plus particulièrement du Congo, sont les Pygmées.
2. D'où viennent les Bantous et les Nilotiques ?

Résultat de recherche d'images pour "pygmées du congo r.d.c"

 


Les Bantous (Bantus), par vague migratoire, fuyant les mauvaises conditions climatiques et les guerres, sont venus du bassin de Bénoué (entre le Cameroun et le Nigéria) ; ils ont ensemencé la côte ouest- africaine, la côte atlantique et l'Afrique du Sud. En Afrique centrale, ils ont  repoussé les Pygmées dans les forêts. Les Nilotiques sont des éleveurs de vaches qui viennent des régions  longeant le bassin du Nil (Erythrée, Somalie…) ; à la recherche des pâturages pour leurs troupeaux, ils sont arrivés dans la région des Grands Lacs, en se mixant avec les Bantous cultivateurs.
3.  Où sont aujourd'hui les Pygmées et quel est leur sort dans le Congo actuel ?
Les Pygmées, qui sont les premiers occupant, ont été repoussé dans les forêts ; pendant la période pré-coloniale et coloniale, ils ont vécu dans la marginalisation totale, méprisé par le colonisateur et les indigènes Bantous. Aujourd'hui, ils subissent encore le mépris des autres.

Résultat de recherche d'images pour "Afrique   les bantus"

 

Résultat de recherche d'images pour "Afrique   les bantus  "

6 votes. Moyenne 3.17 sur 5.